Appel édition 2012

Une nouvelle édition du Prix de la Coopération belge au Développement a été lancée. Cet appel est ouvert jusqu´au 31 mars 2011. Vous pourrez lire dans le règlement si vous répondez aux critères pour participer.

je désire poser ma candidature

Effets psychosociaux des abus sexuels chez les enfants en Éthiopie : implications pour la prévention et l'intervention

Yemataw WONDIE YEHUALASHET chercheur nominé
yematawondie@yahoo.com

°1974 Éthiopie
Doctorat en psychologie, Universität Leipzig, Allemagne, 2010

Characterizing the Psychosocial Effects of Child Sexual Abuse in Ethiopia/Implications for Prevention and Intervention

Le faible statut social des femmes et des filles constitue aussi bien une cause qu’une conséquence de la violence sous toutes ses formes. Dans la culture patriarcale en Éthiopie, les femmes sont souvent les victimes de violences physiques, sexuelles et psychologiques, en ce compris les coups, le viol, l'enlèvement, le mariage forcé – y compris dans l'enfance – la prostitution enfantine, la traite des femmes et les mutilations génitales. À l'échelle mondiale, au cours des 10 dernières années, ces pratiques néfastes qui constituent purement et simplement une violation des droits de l'homme, ont attiré de plus en plus l'attention. Mais l'on ne dispose que de peu de données sur la situation en Éthiopie, d'où l'intérêt de l'étude du Dr. Y. Wondie Yehualashet. Il a en effet mené une enquête sur l'ampleur du problème dans son pays, ainsi que sur les mécanismes sous-jacents et surtout sur les conséquences de cette tragédie silencieuse pour les femmes et les filles.
Il a suivi 318 filles victimes d'abus sexuels en raison d'un mariage précoce, d'un viol ou de la prostitution enfantine, et les a comparées avec 318 enfants normaux. Les filles ont été examinées à l'aide d'une méthodologie standardisée pour pouvoir mesurer leur estime de soi et les conséquences traumatiques de leur situation. Les résultats de l'étude ont clairement montré que les enfants abusées avaient une très mauvaise image d'elles-mêmes et affichaient des scores élevés sur l'échelle du stress post-traumatique et du dysfonctionnement social. L'image de soi négative et l'expérience traumatisante étaient davantage marquées chez les filles qui avaient été victimes de viols et de prostitution enfantine que chez les victimes de mariages forcés, qui avaient encore la possibilité de recourir à un filet de sécurité sociale et qui bénéficiaient encore d'un certain statut social tant qu'elles avaient le statut de femme mariée. Les femmes séparées ou célibataires, de leur côté, se situent plus bas sur l'échelle sociale, avec toutes les conséquences de cette situation.
Sur la base de ces constatations, l'auteur a formulé un certain nombre de recommandations pour de nouvelles études mais aussi des recommandations aux autorités locales et internationales pour mieux protéger ces femmes et ces filles d'Éthiopie et leur donner une chance d'améliorer leur statut social.
 

Rapport : Prof. M. Temmerman, Département d’uro-gynécologie, Universiteit Gent, Belgique