Appel édition 2012

Une nouvelle édition du Prix de la Coopération belge au Développement a été lancée. Cet appel est ouvert jusqu´au 31 mars 2011. Vous pourrez lire dans le règlement si vous répondez aux critères pour participer.

je désire poser ma candidature

Evaluation dendrochronologique de l'effet El Niño en Afrique de l'Est. Etude de cas: Isoberlinia tomentosa (Harms) Craib et Stapf

Valérie TROUET étudiant lauréat
valerie.trouet@agr.kuleuven.ac.be

°1974 Belgique
Bio-ingénieur en gestion des terres et des forêts, Universiteit Gent, Belgique, 1999

Dendrochronologische evaluatie van het El Niño-effect in Oost-Afrika. Gevalstudie : Isoberlinia tomentosa (Harms) Craib et Stapf

La presse publie régulièrement des informations sur des périodes de sécheresse anormalement longues qui sont éventuellement associées à des incendies de forêts ainsi que sur des périodes de pluies abondantes dans les pays tropicaux. Ceci, à chaque fois, occasionne des souffrances humaines cuisantes. Les phénomènes climatiques exceptionels sont souvent imputés à l'effet d' El Niño. En Afrique équatoriale orientale cela revient à une augmentation des pluies et de la température (phase chaude), suivie d'une phase froide, conséquente à la chute combinée de ces deux facteurs climatiques.
Afin de pouvoir anticiper les conséquences néfaste de cette oscillation climatique, il convient en premier lieu de bien comprendre le phénomène. Pour ce faire des données scientifiques doivent être disponibles sur des périodes assez longues (au minimum quelques dizaines d'années). Vu la rareté de longues périodes d'observations météorologiques en Afrique il est essentiel de pouvoir les reconstituer. La reconstitution climatique a déjà souvent été réalisée avec succès à partir des cernes de croissance des arbres. Dans les régions où les saisons sont bien marquées, la croissance en épaisseur des arbres se fait surtout par la formation de couches de bois annuelles discontinues, bien reconnaissables sous forme de cernes concentriques sur la coupe transversale des troncs. Ces cernes sont plus épais les années où la croissance des arbres est bonne, par exemple grâce à des pluies abondantes ; ils sont plus minces les années défavorables à la végétation. Pour l'Afrique cette méthode n'a pas été testée jusqu'à ce jour.
Le travail de V. Trouet peut être placé dans ce contexte. Comme les approches dendrochronologiques pour l'Afrique orientale sont nouvelles, il y a lieu de répondre à quelques questions à savoir:
1. Y a-t-il des cernes de croissance dans le bois des arbres en Afrique orientale? La réponse à cette question exige une approche anatomique du bois.
2. Le processus de croissance de différents arbres est-il synchrone? A cet effet des échantillons ont été rassemblés à partir de souches d'arbres en Tanzanie.
3. Peut-on déduire des informations au sujet d'El Niño à partir d'un modèle de croissance moyenne pour une population d'arbres? Ceci requiert une approche statistique.
Il y a en effet des relations significatives entre le développement des cernes et El Niño (SOI - Southern Oscillation Index). Ceci nous amène à conclure que la reconstitution climatique est effectivement possible sur base de relevés de croissance annuelle en Afrique orientale.
Valérie Trouet a réussi à faire une œuvre de pionnier dans l'étude de l'impact des épisodes El Niño sur les écosystèmes africains. Il n'est pas douteux que le développement durable de ceux-ci nécessite une bonne connaissance des effets heureux, mais parfois aussi désastreux d'El Niño sur la productivité des forêts, de l'agriculture et des pêches.