Appel édition 2012

Une nouvelle édition du Prix de la Coopération belge au Développement a été lancée. Cet appel est ouvert jusqu´au 31 mars 2011. Vous pourrez lire dans le règlement si vous répondez aux critères pour participer.

je désire poser ma candidature

Production et qualité du bois de limba (Terminalia superba Engl. & Diels) des plantations de la réserve de Luki, Bas-Congo, RDC

Wannes HUBAU étudiant nominé
wannes.hubau@UGent.be

°1985 Belgique
Bioingénieur Aménagement du Territoire et des Forêts, Universiteit Gent, Belgique, 2008

Productie en houtkwaliteit van limba (Terminalia superba Engl. & Diels) uit aanplantingen in het Luki-reservaat, Bas-Congo, DRC

Selon les termes de la loi du 19 mai 1999 portant sur la coopération internationale belge, la pertinence au développement s'évalue sur base de six principes : le renforcement des capacités institutionnelles et de gestion, l'impact économique et social, la viabilité technique et financière, l'efficacité de la procédure d'exécution prévue, l'attention portée à l'égalité entre hommes et femmes et le respect pour la protection ou la sauvegarde de l'environnement.
Le travail de Wannes Hubau marque des points pour cinq de ces six principes de base (seul le quatrième principe ressort moins).
Ces résultats, le chercheur belge les a obtenus en se portant, mentalement et physiquement, vers la situation du chercheur local.
L'ouvrage commence par une solide étude bibliographique sur les peuplements forestiers étudiés ; la mise en place des travaux est minutieusement documentée elle aussi.
La question de la surexploitation des forêts de la RDC est un sujet préoccupant depuis les années 1950 déjà. Afin de maintenir le capital bois à un niveau acceptable, l'État colonial avait alors décidé de recourir à un rajeunissement artificiel à grande échelle dans et autour de la réserve de Luki, créée à cet effet. Les peuplements forestiers étudiés, qui totalisent 11 000 ha et ont atteint aujourd'hui l'âge de 60 ans, comptent parmi les plantations suivies de limba les plus anciennes de la RDC. Par leur grande valeur scientifique, ils captent l'attention des chercheurs internationaux et congolais. Il s'agit de convaincre la population locale et les développeurs de projets de la valeur de cette espèce à grand potentiel ; en outre, l'utilisation d'espèces indigènes telles que le limba présente l'avantage que celles-ci sont adaptées aux stations et au climat. L'optimalisation de la maturité de coupe de l'espèce peut contribuer à une gestion durable des richesses naturelles. De plus, cette recherche fait fonction d'exemple, et démontre à la population locale que des plantations bien gérées peuvent constituer une source supplémentaire de revenus. Les résultats de cette thèse sont donc encourageants pour l'espèce, qui permet de constituer à court terme un précieux capital bois et possède un potentiel prometteur d'utilisation en placage.
En résumé, on peut affirmer que les plantations de limba sont recommandées dans les projets locaux de reboisement.
 

rapport : M. G. Schueremans, Chef de service Amérique latine et Asie, Direction Générale de la Coopération au Développement, Bruxelles