Appel édition 2012

Une nouvelle édition du Prix de la Coopération belge au Développement a été lancée. Cet appel est ouvert jusqu´au 31 mars 2011. Vous pourrez lire dans le règlement si vous répondez aux critères pour participer.

je désire poser ma candidature

Protéinurie chez les patients ambulants infectés par le VIH suivis à l'hôpital national Muhimbili

John Paul KASWIJA étudiant nominé
jkaswija@gmail.com

°1975 Tanzanie
Maîtrise en Médecine Interne, Muhimbili University of Health and Allied Sciences, Dar es Salaam, Tanzania, 2010

Proteinuria in ambulatory HIV- infected patients managed at Muhimbili National Hospital

Le docteur J.P. Kaswija, interniste de Tanzanie, décrit dans son étude d'importants problèmes de complications rénales chez les patients infectés par le VIH. Le VIH lui-même, surtout dans les populations africaines, peut causer des dysfonctionnements rénaux, qui sont notamment caractérisées par l'apparition de protéines dans l'urine. Certains médicaments antiviraux peuvent également présenter un risque potentiel pour les reins. Jusqu'à présent, les études sur les dysfonctionnements rénaux chez les personnes atteintes du VIH ont surtout été menées dans les pays industrialisés. Le docteur Kaswija a effectué une étude en Tanzanie, pour laquelle il a collecté des données via des interviews menées sur la base d'un questionnaire structuré standardisé, d'un examen physique et de tests en laboratoire. Cette étude a permis au médecin de découvrir que, sur 294 patients présentant une affection VIH, des protéines étaient présentes dans l'urine de 11,9 % des patients, tandis que 15 % d'entre eux présentaient un dysfonctionnement de la fonction rénale. Plusieurs facteurs de risque susceptibles de causer ces dysfonctionnements rénaux on été indiqués, notamment la gravité de la déficience immunitaire causée par le VIH et le degré de maladie du patient. La plupart des patients ne présentaient cependant pas de plainte au niveau rénal, ce qui amène le docteur J.P. Kaswija à conclure que les personnes atteintes de VIH devraient être systématiquement examinées quant à la présence de protéines dans l’urine, via un examen d’urine avec une bandelette de test. Il s'agit en effet d'un test simple et bon marché pour avoir une idée de la fonction rénale d'un patient. L'auteur conseille dès lors d’appliquer cette méthode d'examen au suivi des personnes atteintes de VIH en Afrique. Certains dysfonctionnements rénaux pourraient ainsi être détectés et traités à temps, ou être renvoyés vers des institutions de santé plus spécialisées pour le suivi ultérieur.


rapport: Prof. B. Colebunders, Unité Soins VIH, SIDA et MST, Institut de Médecine Tropicale, Antwerpen, Belgique